Publié par : callain | novembre 27, 2007

Ma chère Corée…

Etant donné qu’il ne me reste plus que quelques semaines à vivre dans ma maintenant très chère Corée, il est grand temps de lister de façon non exhaustive pourquoi j’aime autant ce pays.

Qui aime bien châtie bien, je préfère donc mettre dans cette liste les défauts/paradoxes et autres bizarreries de la vie quotidienne coréenne. Un article plus sérieux suivra  dans quelques jours j’espère (avec des références, et des liens et tout ça, oui oui!). Malgré des apparences trompeuses, ce blog n’est pas encore terminé !

 

En vrac, j’aime donc la Corée:

         parce que les Coréens, s’ils travaillent beaucoup, n’en oublient pas non plus de dormir, et pas seulement dans leurs lits, ce serait bien trop commun. Dans le métro, à n’importe quelle heure de la journée, il est très rare de ne pas voir au moins 3-4 Coréens dormir du sommeil du juste dans la rame. Passé 22h, il devient très rare de voir 3-4 Coréens éveillés ! Pour preuve, dans la bibliothèque principale de mon université, il y a même des pièces avec des lits pour dormir ! (je n’ai pas encore testé, mais j’y songe !). Pourtant ils dorment déjà beaucoup en cours, ça devrait suffire.

         parce que s’il est mal vu pour une Coréenne de fumer en public, il y aura toujours malgré tout un cendrier dans les toilettes féminines. Si c’est fait en se cachant c’est apparemment moins mauvais pour la santé.

         parce qu’un Coréen, que vous lui disiez fièrement, après vos 1h15 de Coréen quotidien, bonjour/ à demain/ au revoir/ merci / merci / merci (il y a quand même trois façons de le dire mince !), vous gratifiera toujours d’un « Nay », soit « oui ». La longueur et le ton varient d’accord mais quand même, pourquoi tant d’efforts pour si peu de retour ?

         parce que les Coréennes, même par ce temps glacial, sont toujours autant accros aux mini-jupes, et sans collant, sinon ce ne serait pas drôle.

         parce que les passages piétons, même les plus minuscules, ont 2 sens. Attention à ne pas se tromper ! Par contre, ne jamais espérer qu’une voiture s’arrête pour vous laisser passer. Le chauffeur Coréen est au mieux « impatient » lorsqu’il conduit, fou dangereux le reste du temps

         parce que les couples Coréens aiment porter des tee-shirts identiques (une idée à piquer ?? ;-))

        parce que ces fameux couples, s’ils ne s’embrassent pas en public, font leurs sorties « romantiques » au dvd bang. Mais qu’est ce qu’un dvd bang ? Je vous fais les deux versions du jeune Coréen. La version officielle : « Mais Maman, si je vais au dvd bang avec Sumi, c’est uniquement pour regarder tranquillement un dvd avec elle dans une pièce confortable où personne ne nous embête ». La version officieuse : « Les gars, je suis allée au dvd bang avec Sumi hier, j’ai enfin pu ***** et on a *****». Malheureusement, ne connaissant pas tout mon public, la décence oblige à censurer une partie de la retransmission de cette conversation mais je laisse libre cours à votre imagination fertile pour trouver la suite.

Publié par : callain | octobre 26, 2007

KOREAN TV

Vivant depuis (déjà!) plus de deux mois à Séoul, je commence à avoir un bon aperçu de la vie quotidienne des Coréens. Une des choses vraiment marquantes que j’ai pu noter notamment lors de mes sorties en dehors de Séoul est le rapport des Coréens avec la télévision. Cette dernière est partout, absolument partout. Dans les foyers bien sûr, mais aussi dans les bus, dans les spas, dans les restaurants, dans les bars, dans le métro, etc. Le pays compterait ainsi près de 20 millions de téléviseurs pour 18 millions de ménages.

tv corée 1     tv corée 2

Même contrainte et forcée, je me suis donc souvent retrouvée à suivre les émissions qui passent en boucle et à vibrer, trembler pour les participants aux nombreux émissions de jeux, à pleurer pour l’amoureuse éconduite de telle ou telle série, etc etc… Pour ce que j’ai pu en voir, l’intérêt culturel des émissions coréennes n’a rien à envier à celui de notre Roue de la Fortune Nationale (sauf qu’ils n’ont pas Dechavanne, ce qui est déjà une chance). Petit aperçu du contenu du tube cathodique coréen : les universels concours de danses/chants, jeux divers et variés et tous plus intellectuels les uns que les autres (dont le fameux Tetris humain, copié sur la télévision japonaise), combat de catch, émissions gastronomiques, bref le choix est vaste!

En général le schéma des émissions est le suivant : on montre au public un reportage sur un sujet extraordinaire (Thierry Henry qui joue au foot, une célébrité racontant sa dernière aventure amoureuse, un rouleau compresseur qui écrase une boule de billard) et on invite les participants de l’émission à s’exprimer longuement sur le sujet, chacun y allant de sa petite blague et anecdote. Quelques liens assez révélateurs avec l’émission du rouleau compresseur et un concours de danse, hum, qui se veut sexy sans doute:

 Jusqu’ici, rien de bien différent de la France, dans le principe du moins. Par contre les séries suivies sont made in Korea et très populaires : pas besoin de comprendre les dialogues, l’extraordinaire jeu des acteurs et la musique d’ambiance suffisent largement à nous faire suivre passionnément l’intrigue ! Cela peut paraître étonnant, mais les soaps sud-coréens sont extrêmement populaires dans toute l’Asie du Sud-Est, et sont suivis religieusement ici par des téléspectateurs de tout âge.

Je vous mets en lien une des nombreuses vidéos de Bobby Lee, un comique qui parodie assez justement les soaps coréens. Bien sûr c’est exagéré, c’est le pricipe d’une parodie, mais l’esprit des séries que l’on nous passe à longueur de journée est bien là.

 Une dernière chose : le contenu des émissions/films/séries  est très largement d’origine sud-coréenne, ou du moins asiatique. Très peu d’émissions et de films américains sont diffusés (mis à part le catch et ça ce n’est pas de chance par contre…), le poids du passé est encore très présent et la culture américaine n’est pas aussi populaire, et avant tout diffusée, qu’elle peut l’être en Europe.

Publié par : callain | octobre 9, 2007

KO-YON GAMES 2007

Ce week-end, je suis restée sur Seoul, avec un programme assez chargé. Vendredi : ballade dans le quartier occidental de Seoul, Itaewon (également quartier des bars de jazz, ça nous a changé de la pop coréenne, ouuuuuf, ça m’a fait du bien !), et dimanche visite d’un village folkorique à Suwon. Du grand classique de touristes !

Mais surtout samedi j’ai eu la chance d’assister aux fameux Ko-Yon Games, enfin fameux pour tout étudiant de la Korea University ou de de la Yonsei University. Car comme son nom l’indique, les Ko-Yon Games consistent en 2 jours d’affrontement sportif entre deux des plus grandes universités de Corée du Sud. 5 sports sont représentés : base-ball, basket-ball, hockey sur glace (vendredi), foot et rugby le samedi. Eh oui même si je n’ai pas pu assister à la victoire des Bleus, j’aurai au moins vu un match de rugby en entier pour la première fois de ma vie !

L’affrontement sportif, même s’il a bien lieu, n’est qu’un prétexte. En réalité, « l’affrontement » et le spectacle ont surtout lieu dans les tribunes du Stade Olympique de Seoul. En effet, avant, pendant et après chaque match, les supporters de chaque université, Korea University en rouge, Yonsei en bleu, dansent, chantent, crient sans interruption dans un beau bordel. C’est assez impressionnant à voir et surtout à vivre. En gros ça donne ça, suivez-le lien : http://www.dailymotion.com/video/x34x6b_korea-university-koyon-games-2007_parties

L’air vous dit quelque chose ? Oui, en plus de La Lettre à Elise (ou de la musique de la pub pour l’huile d’olive Puget comme vous préférez), on a également pu chanter sur « Champs Elysées » de Joe Dassin. Les autres airs ont vite été maîtrisés et pour compenser la non-maîtrise des paroles on pouvait toujours faire illusion en suivant les chorégraphies (ça me rappelle quelque chose ce mot…). Les cheerleaders sur les podiums en face de chaque camp étaient là pour nous aider à bouger nos petits corps en rythme ! Et ils se donnaient beaucoup de mal à nous faire danser sur toutes sortes de musiques, ils ont très bien géré et mis le feu pendant plusieurs heures! Au final, on a quasiment fait autant de sport que les joueurs sur le terrain…

Supporters des Ko Yon Games     img_1704.jpg      Ko-Yon Games 2007

Korea University Cheerleaders     ky1.jpg

Le score ? Tout le monde s’en fichait car c’est à peine si on prenait le temps de regarder les matchs. Comme  Korea University a tout gagné, (sauf le foot, match nul), je vous le dis quand même, ce sont les rouges qui ont remporté les Ko-Yon Games 2007 !

ps1 : merci au gentil donateur de la vidéo, « Sportnawak » je soupçonne un Frenchie de mon cours de coréen, des royalties pourront être envisagées au-dessus de 100 lecteurs (je suis tranquille…)

ps2 : Guillaume, les caméras n’ont pas changé de place pendant le match de foot, c’est normal ??

Publié par : callain | octobre 3, 2007

Plongeon dans le bain coréen

plage de gampo.jpgplage de gampo.jpgMardi dernier, la Corée du Sud célébrait Chuseok, la Fête des Moissons. Il s’agit d’une fête traditionnelle pendant laquelle les Coréens rentrent dans leur ville natale pour retrouver leurs familles, célébrer les ancêtres, et sans doute se boire de « bonnes » bouteille de soju en s’échangeant des cadeaux ! Pour moi Chuseok rimait avec 10 jours de vacances, dont j’ai profité en voyageant dans le sud-est et dans le nord de la Corée du Sud (vous suivez ?). J’ai pu voir des paysages et des endroits magnifiques mais plutôt que de vous les décrire par de longues phrases ennuyeuses, du type : « Soudain je fus frappée d’admiration par cette montagne entourée délicatement d’une chape de brume blanche qui lui donnait une allure fantomatique et par ces arbres qui la paraient gracieusement d’un manteau de verdure, blablabla », je préfère vous montrer ça et vous proposer d’aller voir le reste sur Flickr ! 

img_1548.jpg     Gyeongju, Namsan     img_1610.jpg 

Juste pour récapituler, je suis d’abord allée passer 4 jours dans le sud-est de la Corée, dans les environs de Gyeongju, avec le petit groupe habituel de Français ainsi qu’Anne, une amie qui nous a rejoints à Seoul pour un mois. Le voyage était génial malgré des nuits en général inconfortables. En effet, pour économiser, nous avons décidé de passer, à la coréenne, nos nuits dans un Jimjilbang, un spa coréen (5 euros pour y passer la nuit, sauna et hammam compris !). C’est un superbe bon plan pour le porte-monnaie, mais en cas de sommeil léger mieux vaut s’abstenir. Le spa était vraiment bien, fréquenté uniquement par des Coréens, nous étions les seuls occidentaux. Au début nous avions mis nos maillots de bain, mais on s’est vite rendu compte que quelque chose n’allait pas. En effet dès que nous nous sommes installées, nous avons senti des regards très insistants sur nous, et rapidement plusieurs femmes sont venues nous voir nous tirer sur le maillot en nous disant (apparemment) de l’enlever, c’était assez oppressant ! Et c’est là que l’on se rend compte que la non-connaissance d’une langue engendre bien des malentendus. Ce que nous avons pris pour des remontrances que l’on pouvait comprendre (et quand même un peu d’agressivité parce qu’elles nous tiraient vraiment sur le maillot !) étaient en fait une tentative pour nous dire qu’il est dangereux de porter un maillot synthétique dans un Jimjilbang. Une Coréenne (qui parlait français !) nous a expliqué quelques jours après qu’il était arrivé plusieurs histoires horribles de maillots fondus sur la peau, bref je vous passe les détails ! La barrière de la langue est vraiment dure à occulter, surtout dès que l’on sort de Seoul car il devient encore plus difficile de trouver des gens parlant un peu anglais. C’est déjà assez frustrant pour la vie quotidienne (commander un menu, demander un hôtel, etc) mais on y arrive toujours. Le plus gênant c’est de ne pas pouvoir comprendre les manières de fonctionner et de penser des Coréens ne parlant pas anglais. Promis cette semaine je bosse mon coréen !

Le Jimjilbang était donc absolument génial en ce qui concernait la partie spa, par contre  le dortoir était en fait une salle immense avec 2 énormes télévisions avec le son à fond, pas de lit (des seviettes suffisent voyons!) et un rondin de bois en guise d’oreiller (les plus chanceux avaient un rondin de bois avec un creux pour la tête !). Il s’agit de « l’oreiller » traditionnel coréen, à l’origine on doit y mettre des plantes destinées à soigner les petites maladies ou à aider au sommeil. En l’occurrence pas de plantes, pas de lit, et entre la télé à fond (dont le Seigneur des Anneaux, Gollum parlant coréen, c’est un must !),  les enfants qui pleurent et ces messieurs qui ronflent, les nuits auraient pu être courtes mais heureusement on se fatiguait la journée avec de longues balades en montagne ou bien des baignades dans la mer du Japon !

Namsan près de Gyeongju    img_1522.jpg

Publié par : callain | octobre 3, 2007

SEORAKSAN

Quelques jours après Gyeongju, je suis allée avec Anne à Sokcho  et au Seoraksan, un immense parc national situé tout près de la Corée du Nord, mieux vaut ne pas s’y perdre !

Pour l’anecdote, le premier jour de randonnée, après avoir grimpé plus de 2 heures, nous aspirions à une pause bien méritée en haut d’un des sommets du parc, avec un panorama splendide en prime. Pas de chance, en haut du sommet la vue était effectivement magnifique, mais cachée (et surtout gâchée) par une soixantaine d’hommes faisant partie d’une secte assez influente en Corée dont les membres prétendent être la réincarnation de rois et d’anciens guerriers ! Ils occupaient chaque centimètre carré du sommet, nous avons dû nous faufiler entre eux pour pouvoir admirer la vue, on était dégoûtées ! Du coup on a du redescendre avec eux, heureusement ils avaient l’air de bien nous aimer, j’ai même eu droit à des bonbons, d’ailleurs depuis c’est bizarre j’ai la certitude d’être la réincarnation d’une princesse coréenne…

Seoraksan   Seoraksan, sommet   Seoraksan

   img_1657.jpg   img_1631.jpg 

Publié par : callain | septembre 19, 2007

24H DANS LA VIE D’UN MOINE…PART 2

Sans trop tarder (pour une fois !), voici la deuxième partie de nos pérégrinations au Lotus Lantern Temple. Ces dernières ont commencé bien tôt dimanche matin, enfin dimanche au milieu de la nuit car… :

3H30 : lever !! Mini-Moine vient nous faire un câlin pour nous réveiller et hop c’est parti pour un nouvel hommage à Bouddha ! Le réveil est forcément laborieux mais une fois levée, on se remotive, après tout, nous ne sommes là que pour 24H ! Nous commençons donc la journée (la nuit) par 108 prosternations devant la statue de Bouddha. Pourquoi 108 ? Il s’agit d’un chiffre sacré bouddhique, aux significations différentes : les 108 noms de Bouddhas, les 108 tourments auxquels sont confrontés les humains (les prosternations servent à s’en libérer). Pour le supérieur du monastère, l’explication prend la forme d’une équation : [{6 sens} x{ 6 émotions} x {les trois temps (passé + présent + futur)}=108, je vous laisse choisir l’explication que vous préférez !

4H30 : monologue du moine sur une obscure lettre qu’il aurait reçue, je ne sais pas si c’est l’heure ou l’accent, mais aucun de nous ne comprend où il veut en venir, dommage car c’était sans doute intéressant ! Puis 30 minutes de méditation, maintenant qu’on a l’habitude, ça devient beaucoup plus facile et agréable.

7H : après le thé, Mini-Moine nous emmène faire une ballade en forêt, le soleil se lève, il fait plus chaud et on est désormais bien réveillé, c’est un bonheur ! Par contre après la forêt, nous atterrissons dans une sorte de parc d’attraction où l’on trouve, sans ordre apparent, un avion, des dinosaures et quelque chose qui est censé ressembler à une fusée. Hum, à 15 minutes à pied du monastère, c’est assez déroutant… Mais Mini-Moine, plein de ressources, nous emmène en haut d’une tour pour une nouvelle séance de méditation !

n550671137_486410_80181.jpg    img_1435.jpg    img_1433.jpg

9H : ça faisait 2H que l’on n’avait pas bu de thé, on commençait à être en manque. Le moine « en chef » nous invite à en boire un puis nous propose de recopier un texte de la sutra, c’est-à-dire des enseignements de Bouddha. Assis en tailleur, armé de notre crayon de calligraphe, nous recopions soigneusement ce texte pendant une heure, un vrai moment de quiétude.

11H30 : c’est l’heure du dernier repas monastique. L’heure du départ approche. Mini-Moine a du mal à quitter sa Claire chérie mais il nous faut déjà repartir vers Seoul pour une bonne nuit toute zzzzz…en.

                       img_1443.jpg   n550671137_486391_97301.jpg   n550671137_486382_9901.jpg

Publié par : callain | septembre 18, 2007

24 H DANS LA VIE D’UN MOINE…part 1

   Après la rentrée à la KUBS et les soirées animées de Seoul, il était grand temps de découvrir le côté zen de la Corée. Cela est désormais chose faite car ce w-e j’ai passé 24h dans un monastère bouddhiste située à 2h de Séoul. Deux principales raisons à cette décision : 1/ sortir de la fourmilière de Séoul et découvrir la campagne des environs  2/ apprendre et pratiquer les bases du bouddhisme, une des deux religions dominantes en Corée du Sud, avec le christianisme.Nous avons donc décidé de nous évader au Lotus International Center of Meditation. Un nom qui ne sonne pas très coréen me direz-vous avec raison…Ceci est dû au fait que le temple appartient au programme Temple Stay, réseau de plusieurs temples dans toute la Corée qui accueillent des étrangers désireux de pratiquer le bouddhisme ou de se ressourcer pour quelques jours ou quelques mois. Nous avions donc conscience de nous aventurer dans un w-e plus basé sur la découverte que sur la pratique spirituelle du bouddhisme, ce qui nous convenait parfaitement, puisque aucun d’entre nous n’était pratiquant bouddhiste.

Arrivés samedi après-midi, je n’ai cependant pas été déçue par le temple qui nous a accueilli : un vrai havre de paix et de verdure à quelques kilomètres d’une ville, exactement ce que je cherchais après 3 semaines intenses à Seoul !

   

img_1419.jpg  img_1398.jpg   img_1440.jpg img_1431.jpg

   Seulement deux moines étaient présents au monastère. Notre petit groupe de Frenchies étions les seuls présents au temple ce samedi, ainsi que Jordan, un Américain rencontré sur la route du temple. On était tranquilles ! Notre première journée s’est donc déroulée de la façon suivante :

       15H : arrivée au temple et accueil très amical de Wong Fu, rapidement surnommé Mini-Moine pour son 1m50 et sa tendance à un comportoment très…câlin ! Nous avons également reçu les uniformes et les chaussures que nous allions porter pendant 24h (cf photos) puis c’était déjà l’heure du thé, moment qui arrive environ toutes les 4h dans un monastère, je n’en avais jamais bu autant en toute une vie !

   16h : visite du monastère. La communication avec les moines était assez laborieuse, Mini-Moine ne parlant quasiment que Viëtnamien et le supérieur ayant un anglais assez incompréhensible. C’était un peu la déception de ce we car il aurait été intéressant de pouvoir discuter avec eux de leurs pratiques et des significations de ces dernières.

  17h : ballade très agréable dans les bois avec Mini-Moine puis excellent dîner, des spaghettis !!

   19H : les choses sérieuses commencent avec l’hommage à Bouddha au Temple. Les moines chantent les hommages en se prosternant régulièrement devant la statue. Nous suivions les prosternations mais pour les chants c’était plus difficile ! La nuit tombée, la cérémonie est suivie d’une marche méditative dans le domaine du temple puis d’une demi-heure de méditation en position du lotus (ou presque…). Le but est de se concentrer sur sa respiration et faire le vide en soi pour se dégager de toutes ses contrariétés. C’est un peu dur au début, physiquement et intellectuellement mais au final c’est très agréable et extrêmement reposant

 21H : thé puis séance d’assouplissement avec Mini-Moine, le moins qu’on puisse dire est que ce petit bonhomme à l’âge indéfinissable nous battait à plates coutures sur la souplesse !

     21H30 : coucher car le lever a lieu à 3H30 du matin ! Dur dur de s’endormir à cette heure, mais ce n’est rien comparé au lever en plein milieu de la nuit pour l’hommage à Bouddha durant 108 prosternations !

                        

img_1421.jpg   s550671137_486390_84901.jpg   mini-moine.jpg

Publié par : callain | septembre 11, 2007

Campus Net

La rentrée ayant déjà eu lieu depuis une semaine, il était donc temps que j’écrive sur celle que je viens de vivre à la Korea University. Cette dernière est une des plus grandes universités de Corée ; chaque année, elle se dispute la deuxième place avec celle de Yonsei. La « bataille » prend fin septembre, où pendant 2 jours, les deux universités s’affrontent sur un terrain de sports. J’aurai l’occasion d’en reparler en temps voulu. La KU fait partie de la SKY, acronyme de la première lettre des 3 universités les plus prestigieuses de Corée, une sorte d’Ivy League, mais coréenne !). Le campus de la KU est énorme, je m’y suis déjà perdue moult fois, ceux qui connaissent mon sens de l’orientation ne s’étonneront pas, mais je ne me suis quand même jamais perdue dans l’unique bâtiment Audencia ! (quoique…).

En l’occurrence, il ne s’agit pas d’un bâtiment mais d’un véritable campus à l’américaine dans lequel travaillent, beaucoup, environ 35000 étudiants (dont 200 internationaux). Alors qu’il m’a suffit de remplir un formulaire pour y entrer, mes petits camarades de classe coréens ont travaillé dur pour intégrer la KU, très sélective. Durant leur lycée, beaucoup, en plus de leurs cours normaux de la journée, ont du suivre des cours du soir de manière intensive pour réussir le concours d’entrée. Parmi les élèves connus (je vous épargne les noms) : le maire actuel de Seoul, le président de Kia Motors et le vice-chairman de Samsung. Et pour faire plaisir aux amateurs de sport, qui sont en Allemagne, Cha Bum Kun, dit Cha Boom, qui s’est distingué dans la Bundesliga des années 80 (oui, il faut connaître…) et Hong Myung Bo, capitaine de l’équipe coréenne lors de la Coupe du Monde 2004.  

moi-bus-school.jpg    samsung-hall.jpg    library.jpg

Comme vous pouvez les voir sur les photos (je suis devant la Business School), les bâtiments ressemblent à des sortes de châteaux forts (quand on les voit en vrai, on croirait qu’ils en papier mâché). Au début ça fait bizarre, je m’attendais à des bâtiments soit ultra-modernes, ou, mais c’était peu probable, à une architecture traditionnelle. Pour le coup, on a du mal à sentir la touche coréenne ! Mais c’est plutôt joli au final et à l’intérieur, la modernité est bien là ! Beaucoup de bâtiments sont sponsorisés par de grandes entreprises et portent leur nom : Samsung pour le bâtiment d’informatique, LG et Posco pour la Business School, etc, ce qui donne des locaux ultra-modernes et propres, au confort très éloigné de nos facs françaises.

Mais bon comme je suis là pour étudier mais aussi (surtout ?) pour profiter des derniers moments de la vie étudiante, j’ai enfin fait ma première vraie soirée coréenne ! Notre groupe franco-anglo-sud-américano-hongkongais est allé à Hongik, le quartier étudiant de Seoul, où se trouvent une bonne partie des endroits festifs de la capitale. Après un passage dans un bar génialement branchouille où l’on boit des cocktails dans des sacs plastiques (ne vous moquez pas, c’est très fashion), nous avons fini la soirée dans un club ultra-bondé… d’occidentaux (dont des GIs américains, eh oui il y en a encore!) avec quelques Coréens qui s’étaient heureusement perdus :-)

soiree2.jpg   soiree1.jpg   soiree.jpg

Publié par : callain | septembre 8, 2007

Changdeok-gung, le Palais de la Vertu Illustre


Le week-end dernier (ce blog n’est pas mis à jour régulièrement, je sais!), je suis allée visiter avec 5 Français de l’université un des palais de la ville, malgré un temps plus que mitigé.

Le Changdeok-Gu, comme son nom ne vous l’indique pas, a été jusqu’au 20ème siècle une annexe du Palais Royal, le Gyeonbok-Gung.

entree.jpg

Le Palais de la Vertu illustre abrite 13 bâtiments et 26 pavillons. Les visites sont très réglementées : impossible de ne pas faire la visite guidée et de trop s’éloigner de la guide. Le parcours est chronométré à la minute près (la guide: « You have 7 minutes to rest or to take pictures of this place »), hors-piste totalement interdit !

Le mauvais temps et cette impression de faire bêtement partie d’un troupeau de touristes, ont un peu gâché le début de la visite qui a consisté en une succession de cours qui sont certes assez impressionnantes au début, mais qui se ressemblent tout de même toutes.

Dans l’une d’entre elles cependant, nous avons pu visiter (par visiter, entendre passer la tête à travers une fenêtre) la Salle du Trône du Roi, aux couleurs splendides.

img_1207.jpg


img_1230.jpg
Ces trois signes signifient respectivement « création », « quelque chose de très important », et « place »; ils indiquent donc la chambre du Roi, où les héritiers étaient conçus.Après la visite de toutes les cours durant plus d’une heure, le temps s’est éclairci pour notre plus grand plaisir car c’est à ce moment là que l’on nous a emmené vers le Biwon, le Jardin Secret (qui, vous l’aurez compris, n’est absolument plus secret !). Dès sa conception au 15ème s, ce jardin était dédié aux loisirs de la Cour. Un endroit magnifique en plein cœur de Seoul, très calme et très reposant, on rêve d’y être seul ! (ou à deux). Je crois que pour l’instant c’est l’un des plus beaux endroits de la ville que j’ai pu découvrir.

biwon1.jpg

biwon.jpg

Publié par : callain | septembre 1, 2007

au détour des rues

High Voltage Queen

Les fils électriques sont disposés de façon assez…anarchique à Seoul. Il y a un câble pour chaque habitation, et comme la ville compte plus de 20 millions d’habitants, forcément on en perd vite le fil ! (pas très drôle je sais mais j’assume…)

fils-electriques.jpg

Symbolique

On rencontre souvent ce symbole dans les rues de Séoul. Evidemment la Corée du Sud n’idolâtre pas le nazisme (elle a déjà un tyran au Nord, ça lui suffit bien !). Cette croix gammée, appelée le svastika dextrogyre (je me suis documentée : http://fr.wikipedia.org/wiki/Croix_gamm%C3%A9e ) est le symbole bouddhiste d’un temple en Orient, rien à voir donc puisque l’emblème du nazisme est un svastika incliné à 45 degrés représentant le combat de la race aryenne.

mystere.jpg

French touch à Insa Dong (ou presque !)

french-touch2.jpg

Older Posts »

Catégories